Une politique maritime au Québec ? Mais encore …

Réponse à l’annonce du Premier ministre M. Couillard. Le Premier ministre M. Philippe Couillard, nous a parlé au début de mars d’une politique maritime. Il nous faisait part d’une entente entre la France et le Québec concernant l’Université du Québec à Rimouski. Voir l’article du Devoir de samedi le 7 mars 2015.

Bien qu’il y ait certaines pistes intéressantes dans l’idée d’augmenter l’affluence des navires de croisière aux îles de St-Pierre-et-Miquelon et de tisser des liens plus étroits avec la France dans des domaines de recherche océanographique, c’est tout de même bien timide comme réflexion et l’expression politique maritime est ici surestimée.

Étonnamment, la politique maritime du PLQ, voir lien plus loin dans ce texte, est beaucoup plus audacieuse que ce que M. Couillard a lancé au début mars. Note de l’auteur : Il ne faut pas se fier à ce que les gens disent, mais bien à ce que les gens font!

Un constat : Le Juste-à-temps et les entrepôts

Le transport de marchandises en Amérique du Nord ainsi qu’au Québec se fait maintenant surtout via le transport routier. Ce mode de transport a supplanté le train et le bateau dans bien des cas. Il y a quelques raisons qui justifient ce mode de transport mais la principale raison en est une de temps.

De fait, beaucoup d’entreprises gèrent leur production dans un mode de ‘’juste-à-temps’’ pour éliminer la gestion de leurs entrepôts et ainsi diminuer le prix de vente de leurs produits. Cette situation a obligé les fournisseurs de ces entreprises à livrer leur marchandise dans de courts laps de temps. Il est donc naturel que les fournisseurs de produits acheminent leur marchandise par camion pour répondre à cet impératif de ‘’juste-à-temps’’. Les délais sont ainsi diminués énormément. Fini les produits qui traînent dans les entrepôts et qui coûtent cher aux entreprises.

Donc, plus d’entrepôt ? Et bien non! Les entrepôts sont bel et bien là. Ils sont tout simplement mobiles. En fait, ils sont sur nos routes! Ils se déplacent rapidement et permettent à ces entreprises de sauver énormément de frais d’entreposage et de gestion d’inventaire Ce transport routier coûte très cher en réparation de route mais occasionne aussi d’autres coûts indirects dont l’engorgement de notre réseau routier qui est utilisé à sa pleine capacité. On envisage même de construire de nouvelles routes et autoroutes pour satisfaire à ces besoins.

À la lumière de ce bref exposé, on comprend aisément que cet ‘’entrepôt mobile’’ est au frais de la couronne et donc au frais du citoyen.

Quelques chiffres Investissement annuel dans les infrastructures routières : 9 milliards par année. Voir Plan québécois des infrastructures 2014-2024.

Investissement annuel dans les infrastructures maritimes : 112,5 M$ par année ?? N.B. Ce document est une promesse politique. Voir : Une stratégie maritime pour le Québec du Parti Libéral du Québec 2015-2030.

Extrait du document du document du Parti Libéral du Québec

Le navire est le moyen de transport de marchandises le plus sécuritaire et le plus respectueux de l’environnement. Le taux d’accident avec blessés est 58 fois plus bas que celui du transport routier et 14 fois plus bas que celui du transport ferroviaire. En plus d’être sécuritaire, le transport maritime demeure très efficace en matière de consommation de carburant et d’émission de gaz à effet de serre. En effet, le transport ferroviaire consomme 9 fois plus d’énergie que le transport maritime, et le transport par camion est 6 fois plus énergivore que le transport sur rails. À la lumière de ces données, l’utilisation du fleuve pour le transport de personnes et de marchandises doit être privilégiée afin de léguer un environnement sain aux futures générations de Québécois.

Malgré ce constat, le gouvernement entend investir 80 fois plus sur nos routes que sur l’eau!

Au Québec, plus de 70% de la population vit près d’un cours d’eau navigable pour le transport de marchandises. Que l’on parle du Saguenay-Lac-St-Jean (277 000 habitants) que l’on peut joindre aisément à l’année par le fleuve et la rivière Saguenay, la Rive-sud et le Bas-du-Fleuve ainsi que la Gaspésie (300 000 habitants), la Capitale nationale (731 000 habitants), la Côte-Nord (94 000 habitants) Montréal et sa région (4M habitants) ainsi que l’Outaouais (350 000 habitants) via la rivière des Outaouais.

Décision politique

Le monde maritime est de juridiction fédérale mais les impacts des choix fédéraux se font sentir dans la vie des québécois. Il est grand temps qu’un gouvernement du Québec mette en place un comité et dégage un plan d’actions pour une politique maritime au Québec qui inclurait beaucoup plus que la recherche océanographique. Ne comptons pas sur le fédéral pour nous aider dans cette voie. C’est tout le contraire que se produit depuis 1995. Voir rapport : Politique de transport maritime et fluviale; Le Québec à la barre.

Paradoxalement, le Canada est un pays qui s’est construit grâce une vision du développement d’un réseau ferroviaire est-ouest qui a permis les déplacements de personnes et de marchandises pour coloniser l’ouest du pays que l’on ne pouvait pas rejoindre par bateau. Voilà une vision!

La construction de la voie maritime du Saint-Laurent et des Grands-Lacs permettant de relier le cœur du continent nord-américain est aussi une initiative Canada – États-Unis pour assurer le développement de leurs économies respectives et leur offrir un accès privilégié à la mer. Une autre vision!

Que fait le Québec au-delà des études ?

En souhaitant que notre Premier ministre passe à l’action!

Beaudoin Bergeron, ing., ASC

Officier de la Marine marchande du Canada de 1987 à 1996

About the Author

Beaudoin Bergeron
Beaudoin Bergeron est ingénieur et Administrateur de société avec plus de 25 ans d’expérience. À la tête de RHR Expert, entreprise qu’il a fondée en 1995, il collabore avec des dirigeants de grandes et de moyennes entreprises privées et publiques en fournissant des services spécialisés en recherche de cadres supérieurs, en stratégie, en coaching et en gouvernance. Parmi ses clients figurent des entreprises des secteurs manufacturiers, de la construction et du génie conseil ainsi que du milieu municipal.

Post a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Top